Une manière de choisir sa vie

« Dans cette vidéo, l’auteur et philosophe Alan Watts, nous donne un petit conseil sur la manière de faire notre vie et de trouver le bonheur : « Oubliez l’argent ».

Alan Wilson Watts (6 janvier 1915 — 16 novembre 1973) est l’un des pères de la contre-culture en Amérique. Philosophe, écrivain, conférencier et expert en religion comparée, il est l’auteur de vingt-cinq livres et de nombreux articles traitant de sujets comme l’identité individuelle, la véritable nature des choses, la conscience et la recherche du bonheur. Dans ses ouvrages, il s’appuie sur la connaissance scientifique et sur l’enseignement des religions et des philosophies d’Orient et d’Occident (bouddhisme Zen, taoïsme, christianisme, hindouisme). Par ailleurs, il était intéressé par les nouvelles tendances apparaissant en Occident à son époque, et se fit l’apôtre d’un certain changement des mentalités quant à la société, la nature, les styles de vie et l’esthétique. »

 

Dans les commentaires, se trouvait celui-ci :
« C’est un joli message, que j’ai toujours essayé d’appliquer, en me disant que mon étoile me permettra de réussir, même si il n’y a pas de débouchés etc.. mais je viens d’apprendre à mes dépens que dans la société actuelle les rêveurs finissent par dormir sous un pont. Alors attention quand même, suivre ses rêves, oui, mais de façon intelligente, sans délaisser ses besoins financiers, sinon on finit aux bois. »

Je suis jeune, je ne sais pas ce que je ferai l’année prochaine, ni les suivantes. Mais je sais que je devrais faire des concessions sur mes rêves pour « vivre ». Actuellement, on ne peut vivre autrement dans la société.
Et encore, j’ai de la chance, une partie de mes passions peuvent se conjuguer à un travail qui m’intéresse.
Mais, pour tous les rêveurs, les artistes, quel avenir ?

Je ne veux pas d’un monde qui renie les aspirations de sa jeunesse pour le profit.

Même si la vision du bonheur de Watts est utopique, je veux pouvoir croire en un monde qui ne réduirait pas nos rêves en charpie.
Je ne suis plus une enfant, mais je veux quand même continuer à avoir des rêves.

Advertisements

Une réflexion sur “Une manière de choisir sa vie

  1. Pareil: les rêves ne doivent pas être sacrifiés au prix du profit, de l’argent… C’est triste tous ces gens qui abandonnent leurs rêves, c’est tristes tous ces étudiants de 18 ans qui se mettent à avoir un raisonnement de gens blasés, parce qu’ils les ont abandonnés…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s